disable ads

April

  • retweet
    MNAcaq
    Philippe Couillard refuse de s’engager à mettre en place des prématernelles 4 ans pour tous les enfants du Québec, au cours des 5 prochaines années. Au Québec, chaque année, 12 000 jeunes décrochent de l’école sans avoir obtenu un diplôme. Toutes proportions gardées, c’est 2 fois plus qu’en Ontario. Actuellement, les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage sont pris en charge trop tard. Tous les experts le disent : pour réduire le décrochage, il faut agir tôt. Tous les enfants devraient être évalués, au plus tard à l’âge de 4 ans, et des services éducatifs devraient commencer à être donnés immédiatement, en particulier aux enfants avec des difficultés d’apprentissage, ceux qu’on appelle les EHDAA. La CAQ propose d’offrir la prématernelle gratuite, dès l’âge de 4 ans, à tous les enfants du Québec. Et la CAQ propose d’offrir tous les services éducatifs nécessaires aux enfants qui ont des difficultés d’apprentissage, dès l’âge de 4 ans. C’est une tendance mondiale. En Ontario, aux États-Unis, en Europe, la majorité des enfants commencent l’école à 4 ans. Le Québec est en retard. Les acteurs du milieu de l’Éducation et les parents attendent du leadership, de l’ambition et des mesures fortes de la part du premier ministre. À 3 reprises en Chambre aujourd’hui, Philippe Couillard a refusé de s’engager à mettre en place des prématernelles 4 ans pour tous les enfants du Québec, au cours des 5 prochaines années.
  • retweet
    MNAcaq
    Je demande à Philippe Couillard de mettre en place la prématernelle 4 ans pour tous les enfants sur une période de 5 ans à compter de 2017. Comme vous le savez, la CAQ a tenu un colloque dimanche dernier sur le thème de l’éducation. C’était très motivant et très inspirant. Encore une fois, la CAQ ne se contente pas de critiquer, elle fait des propositions constructives. Un constat fort se dégage : le décrochage scolaire est un problème grave qui pèse sur l’avenir du Québec. Plus de 12 000 jeunes décrochent à chaque année. Toutes proportions gardées, c’est 2 fois plus qu’en Ontario. Les pays les plus performants, les pays les plus riches et qui ont les meilleurs taux de réussite, ont misé sur l’école de 4 à 18 ans. L’école de 4 à 18 ans, c’est payant pour les enfants, payant pour les parents et payant pour la société. Actuellement, les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage sont pris en charge trop tard, et ça c’est quand ils sont pris en charge. Tous les experts le disent. Pour un enfant qui a des difficultés d’apprentissage, les interventions les plus efficaces sont celles entreprises lorsque l’enfant est en bas âge. Avec la prématernelle à 4 ans accessible à tous, on dépisterait les problèmes d’apprentissage plus tôt. Il faut investir et offrir plus d’orthopédagogues et plus d’orthophonistes, mais aussi plus de services spécialisés en orientation de carrière pour nos adolescents. Pour nous, l’école de 4 à 18 ans, c’est une solution ambitieuse pour s’attaquer au décrochage. On doit se donner comme objectif que plus aucun jeune ne tombe entre les mailles du système. Mais pour y arriver, ça prend plus que des beaux discours et des vœux pieux. Je demande donc au premier ministre de présenter un plan pour instaurer la prématernelle 4 ans dans toutes les écoles du Québec sur un horizon de 5 ans. Il n'y a pas de raison que les enfants du Québec ne puissent pas bénéficier de ces mesures qui ont fait leurs preuves ailleurs. Le Québec a besoin de projets inspirants pour retrouver le goût d’avancer. L’école de 4 à 18 ans, c’est un message fort pour valoriser l’éducation au Québec. L’école de 4 à 18 ans, c’est un projet d’avenir qui mise sur notre plus grande richesse : nos jeunes.
  • retweet
    MNAcaq
    Mon entrevue de ce matin avec Paul Arcand au sujet de la proposition de la CAQ d'offrir la prématernelle 4 ans gratuite à tous.
  • retweet
    MNAcaq
    La CAQ propose la mise en place de la prématernelle 4 ans gratuite pour tous les enfants du Québec. https://coalitionavenirquebec.org/fr/blog/2016/04/24/colloque-objectif-reussite-quebec-francois-legault-faveur-de-lecole-de-4-a-18-ans/
  • retweet
    MNAcaq
    Manque de vision : Le gouvernement libéral coupe dans la lutte au décrochage scolaire. Lorsque j’étais ministre de l’Éducation, je me suis rendu compte que le choix des moyens pour lutter contre le décrochage scolaire était beaucoup trop centralisé. Le ministère de l’Éducation ignorait les réalités différentes de chacune de nos écoles. Nos écoles devraient choisir les moyens et le ministère devrait mesurer les résultats. Nous avons mis en place à l’époque un nouveau programme que j’ai appelé « Agir autrement » où on allouait un budget aux écoles en leur demandant de choisir elles-mêmes les moyens les plus appropriés pour lutter contre le décrochage dans leur milieu. On apprend ce matin que le gouvernement libéral a coupé 26 % du budget du programme « Agir autrement ». Le gouvernement libéral n’a pas encore les idées claires sur ce qu’il fera avec les commissions scolaires, mais dans sa grande sagesse il coupe 26 % dans un programme qui a fait ses preuves pour lutter contre le décrochage. Depuis 2 ans, le ministère de l’Éducation est à la dérive. Personne ne défend leur choix, à part Philippe Couillard et ceux qui se sont partagés le costume de ministre de l’Éducation. Depuis 2 ans, Philippe Couillard ne sait pas quoi faire avec les commissions scolaires. Il change d’idée, comme il change de chemises. Mais, il est assez brillant pour couper dans un programme de lutte contre le décrochage qui marche. Qui dirige le ministère de l’Éducation ? Le ministère de l’Éducation, c’est le plus beau ministère, le ministère le plus important pour l’avenir du Québec. C’est l’éducation qui m’a permis d’être ici aujourd’hui. Tout le monde reconnaît la culture de Philippe Couillard. Mais il n’a aucun leadership, aucune vision en éducation. Ça ne semble pas l’intéresser. Peut-il montrer un peu de passion pour l’éducation de nos enfants?
  • retweet
    MNAcaq
    Le gouvernement libéral n’a aucun plan pour sauver les sièges sociaux québécois comme Couche Tard.
  • retweet
    MNAcaq
    Philippe Couillard refuse la vérification du financement du parti libéral avant 2010. Le Directeur général des élections doit pouvoir enquêter sur les pratiques de financement des partis politiques lors des 20 dernières années. Les mêmes règles qui s’appliquent aux firmes de construction doivent aussi s’appliquer aux partis politiques. Il faut agir rapidement et faire enfin la lumière sur les 20 dernières années noires du financement politique illégal. Plutôt que d’être le garant de l’intégrité, Philippe Couillard est devenu le gardien des phrases floues et des intérêts du parti libéral.
  • retweet
    MNAcaq
    Échec annoncé : Philippe Couillard reconnaît que, malgré son plan économique, il n’y aura aucune augmentation des investissements des entreprises au Québec en 2016. Le Québec a tout pour être plus riche. Mais pour augmenter notre richesse, le gouvernement doit faire 2 choses : 1. Investir en éducation. Ce que le gouvernement n’a pas fait depuis 2 ans. 2. Augmenter les investissements des entreprises. Ce que le gouvernement n’a pas réussi à faire au cours des 2 dernières années. Investissement Québec, c’est selon moi, l’outil le plus important du gouvernement pour augmenter les investissements des entreprises. Jeudi dernier, le gouvernement libéral a enfin déposé, avec 2 ans de retard, son plan stratégique pour Investissement Québec. Des mots, beaucoup de papiers, mais aucune cible d’augmentation des investissements des entreprises…c’est dire la confiance qu’a le gouvernement dans sa Stratégie! Dans son budget de mi-mandat, le gouvernement libéral prévoit qu’en 2016 les investissements des entreprises vont augmenter de… 0,0% ! Zéro, c’est ça l’ambition du gouvernement libéral. Deux ans après l’élection, le gouvernement libéral tourne toujours en rond. Beaucoup de mots, mais toujours rien de concret. Le gouvernement libéral imprime beaucoup de papier. Mais faire fonctionner à fond les imprimantes du gouvernement, ce n’est pas une stratégie économique ambitieuse. Le gouvernement libéral a perdu 2 ans à chercher, mais sans jamais être capable de trouver le chemin pour relancer notre économie. Son bilan économique parle de lui-même! Il faut agir ! Pas faire des discours sans émotion comme le fait le premier ministre.
  • retweet
    MNAcaq
    Le gouvernement libéral doit refaire ses devoirs et déposer un plan économique ambitieux.
  • retweet
    MNAcaq
    Philippe Couillard refuse que les cours de français soient obligatoires pour les immigrants.
  • retweet
    MNAcaq
    Philippe Couillard refuse de rembourser l'argent collecté illégalement par le PLQ avant 2010.
  • retweet
    MNAcaq
    Regardez mon échange avec Philippe Couillard. Le premier ministre n’a aucun objectif de réduction du fardeau fiscal et aucun objectif d’augmentation des investissements des entreprises. Pathétique!
  • retweet
    MNAcaq
    Philippe Couillard refuse de s’engager à ce qu’il n’y ait plus aucune coupure de services aux élèves ayant des difficultés d’apprentissage. Depuis 2 ans, s’il y a bien un ministère où on a entendu tout et n’importe quoi, c’est celui de l’Éducation. De la pure improvisation! Augmentation des taxes scolaires, flip-flop aux six mois sur les élections scolaires, coupures dans les services aux élèves qui ont des difficultés d’apprentissage… un ministre est même allé jusqu’à douter de la pertinence d’acheter des livres pour les bibliothèques de nos écoles. Le gouvernement libéral n’a pas de vision en éducation, mais pire il est résigné face à la situation du décrochage scolaire. La réalité est dramatique. 12 000 jeunes décrochent chaque année sans obtenir un diplôme. Des jeunes qui vont vivre dans la précarité et qui vont avoir de la difficulté à développer tout leur potentiel. Le décrochage, ce n’est pas seulement un enjeu économique, c’est aussi et surtout un drame humain! Le premier geste que devrait poser le premier ministre dans ce combat contre le décrochage scolaire, serait d’arrêter de couper dans les services aux élèves qui ont des difficultés d’apprentissage. Il ne peut pas se contenter de faire de beaux discours théoriques. À 3 reprises ce matin, en Chambre, Philippe Couillard a refusé de s’engager à ce qu’il n’y ait plus aucune coupure de services aux élèves qui ont des difficultés d’apprentissage d’ici la fin de son mandat. C’est honteux !
  • retweet
    MNAcaq
    Philippe Couillard refuse de rendre les cours de français obligatoires pour les immigrants.
  • retweet
    MNAcaq
    Mon point de presse de ce matin sur la hausse des seuils d'immigration au Québec.
  • retweet
    MNAcaq
    La Coalition Avenir Québec propose un plan économique en 3 volets : réduire les impôts, lutter contre le décrochage et revoir le rôle d’investissement Québec. Lors de la dernière campagne électorale, le Parti libéral avait promis de créer 250 000 emplois sur 5 ans, soit 50 000 emplois par année. Or, au cours des 2 dernières années, il ne s’est créé que 34 900 emplois au Québec. Et au cours de la dernière année, il ne s’est créé que 300 emplois! Si on se compare, au cours de la dernière année, il s’est créé, en Ontario, 85 600 emplois! Il y a urgence d’agir. Voici les 3 choses que ferait la CAQ si j’étais premier ministre : 1. Je baisserais immédiatement les impôts des Québécois d’au moins 500 $ par personne. On n’arrivera pas à relancer l’économie, sans redonner de l’oxygène aux Québécois. 2. J’investirais dans un plan costaud pour lutter contre le décrochage scolaire. C’est le meilleur investissement à long terme pour relancer l’économie. 3. Je déposerais un plan agressif, avec Investissement Québec, pour attirer plus d’investissements des entreprises. C’est inacceptable qu’on prévoit une croissance de 0% des investissements des entreprises en 2016. D’ailleurs je rappelle à Philippe Couillard qu’après 2 ans au pouvoir, Investissement Québec n’a toujours pas de plan stratégique. On a un gouvernement libéral usé, fatigué, résigné. Le premier ministre doit se réveiller.
  • retweet
    MNAcaq
    Bravo à mon collègue et ami, le député de la CAQ de Chambly, Jean-François Roberge, qui lance aujourd'hui son 3e livre: "Et si on réinventait l'école?". Des idées audacieuses pour réduire le décrochage scolaire et travailler è l'égalité des chances. Comme le dit Mario Asselin: "Le lancement aujourd'hui du troisième livre de Jean-François Roberge est l'occasion pour le député de Chambly de laisser parler l'étudiant qu'il a été et l'enseignant qu'il est encore. « Et si on réinventait l’école ? » est un ouvrage incontournable pour tous ceux qui aspirent à changer l'éducation par là où elle se vit... à l'école. ... Le grand mérite de son livre qui se décline en vingt courts chapitres est de constituer un vibrant appel à valoriser l'éducation plus que tout autre domaine. Sa capacité à incarner une vision pour l'école à l'aide d'exemples concrets et vécus n'a pas beaucoup d'équivalents en politique. Dix sept ans en tant qu'enseignant à l’école primaire de Saint-Basile-le-Grand, ça fait beaucoup de vécu. ... On pourra reprocher à Jean-François Roberge d'avoir écrit un livre idéaliste, mais la cause est noble: « notre survivance comme peuple dépend de notre capacité à réinventer l’école et à valoriser l’éducation »." http://www.journaldequebec.com/2016/04/12/chroniques-du-prof-idealiste-jean-francois-roberge
  • retweet
    MNAcaq
    Demain, la CAQ et Hélène Girard invitent les citoyens de Chicoutimi à voter pour le changement. https://coalitionavenirquebec.org/fr/blog/2016/04/07/helene-girard-invite-les-citoyens-de-chicoutimi-a-voter-pour-le-changement/
  • retweet
    MNAcaq
    Le gouvernement Couillard n'a pas fait de l'économie sa grande priorité. Alain Dubuc explique que le gouvernement Couillard n'aurait pas dû couper dans les dépenses en éducation. Il explique aussi qu'il n'y a pas de voix économique forte au sein du gouvernement. "Ce qui manque, c’est d’abord un sens des priorités et ensuite du leadership. Le gouvernement Couillard, s’éloignant de la tradition libérale, n’a pas fait de l’économie sa grande priorité. ... Par exemple, un gouvernement vraiment préoccupé par l’économie n’aurait jamais fait de coupes dans les dépenses d’éducation quand on sait à quel point c’est un ingrédient essentiel du succès économique. L’autre faiblesse, liée à la première, c’est l’absence au sein du gouvernement d’une voix économique forte capable d’exercer un leadership dans le domaine. Depuis des décennies, la plupart des gouvernements, à Québec comme à Ottawa, ont pu compter sur un ministre économique très fort, qui jouit de la confiance du premier ministre. Jacques Parizeau a joué ce rôle, comme Bernard Landry ou Raymond Bachand, ou encore Paul Martin. Ce rôle est essentiel pour donner une voix économique au gouvernement, capable d’agir en temps de crise, capable de rappeler les priorités économiques avec force au sein du cabinet et d’imposer une certaine cohérence aux actions gouvernementales. Les libéraux, lors de la prise du pouvoir, pouvaient compter sur un trio économique. Aucun des trois n’a émergé comme leader : Carlos Leitao, aux Finances, parce qu’il est plus un technicien de grand talent qu’un politicien ; Jacques Daoust à l’Industrie, qui s’est révélé plus un tacticien qu’un stratège ; et Martin Coiteux, parce qu’on lui a demandé de s’occuper des économies plutôt que de l’économie. Ce trio, depuis, a été démantelé et seul M. Leitao occupe encore une fonction économique. L’arrivée de Dominique Anglade ne comble pas ce vide, parce qu’elle n’a ni l’expérience politique ni le poids au sein du gouvernement pour jouer ce rôle." - Alain Dubuc http://plus.lapresse.ca/screens/f4692f0a-4249-4624-a5cf-49cd25cf616d%7C_0.html
  • retweet
    MNAcaq
    Honteux! Philippe Couillard refuse de s’engager à rembourser l’argent sale collecté par le Parti libéral du Québec avant 2010. Hier, la CAQ a présenté les certificats de sollicitation de Marc-Yvan Côté pour le Parti libéral pour les années de 2007, 2008 et 2009. Ces certificats confirment que Marc-Yvan Côté collectait des fonds pour le Parti libéral du Québec, après avoir été banni à vie du Parti libéral du Canada en 2005. Philippe Couillard nous dit qu’il est prêt à rembourser les sommes collectées illégalement seulement pour les 7 dernières années. Donc seulement depuis 2010! Pourtant, Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté ont été arrêtés par l’UPAC et accusés de crimes graves en lien avec le Parti libéral avant 2010. Philippe Couillard sait très bien que le Directeur général des élections ne peut pas retourner avant 2010, à moins que l'on change la loi. Philippe Couillard ne veut pas s’engager à rembourser les sommes collectées illégalement par le Parti libéral avant 2010. Donc aucun dollar amassé par Marc-Yvan Côté en 2007, 2008, 2009 ne serait retourné aux Québécois. Pourquoi Philippe Couillard refuse-t-il de changer la loi et de faire comme pour les compagnies de construction et étendre le délai de prescription à 20 ans? Pourquoi c’est bon pour les compagnies de construction et pas pour le Parti libéral? Philippe Couillard devrait être gêné de défendre l’intérêt du Parti libéral plutôt que l’intérêt de tous les Québécois.
  • retweet
    MNAcaq
    Le gouvernement libéral de Philippe Couillard a fait la moitié de son chemin, mais on voit qu’il est déjà à bout de souffle. Cette journée soulignant le mi-mandat sonne davantage comme un lendemain de veille pour les Québécois. Un lendemain de veille marqué par une hausse brutale du fardeau fiscal. En effet, les Québécois paient 1 300$ de plus en taxes et tarifs. Augmentation des frais de garde, augmentation des taxes scolaires, augmentation des tarifs d’électricité et j’en passe. Même manque de vision en éducation. Les écoles tombent en ruines, aucun plan pour réduire le décrochage. Les élèves sont abandonnés par le gouvernement libéral de Philippe Couillard. Ce gouvernement avance à vue d’oeil. Nos jeunes méritent mieux. Impossible de créer de la prospérité au Québec sans investir dans nos jeunes. L’avenir du Québec passe par l’éducation, que ça plaise ou non au Parti libéral. Donc le bilan que les libéraux laissent aux Québécois C’est : Moins de services de qualité, plus de taxes et encore et toujours de la corruption. Après le manque de vision, on a constaté un manque de sensibilité. Sur l’immigration notamment, un sujet sur lequel Philippe Couillard n’est pas du tout à l’écoute des Québécois. Dans la situation actuelle, augmenter à 60 000 l’immigration, sans rendre obligatoires les cours de français et de valeurs, c’est être irresponsable. Je crois à l’importance de l’immigration, mais je suis très fier de défendre les valeurs québécoises et de défendre le français. Je suis très fier d’être un nationaliste. À mi-mandat, mon constat est clair. Le Québec de 2016 est à un point tournant, mais le gouvernement libéral de Philippe Couillard rame dans la gravelle. Normal : le Parti libéral n’est pas au pouvoir depuis seulement deux ans, il est là depuis douze ans. Le monopole libéral vieillit mal, et il craque de partout. De M. Charest à M. Couillard, en passant par Sam Hamad, c’est un vieux système, de vieux réflexes et une vieille façon de faire de la politique qui est appelée à disparaître. D’ailleurs, le sondage Léger commandé par la CAQ sur le bilan que font les Québécois des 10 dernières années et dévoilé dimanche dernier est frappant : 1) 88% des Québécois pensent que la situation de l’économie du Québec ne s’est pas améliorée ; 2) 85% des Québécois pensent que leurs impôts et taxes n’ont pas diminué ; 3) 74% des Québécois pensent que la qualité des services offerts aux élèves dans les écoles ne s’est pas améliorée ; 4) 85% des Québécois pensent que le temps d’attente dans les urgences n’a pas diminué ; 5) Et finalement 86% des Québécois pensent que la situation de la langue française ne s’est pas améliorée ; Cette semaine, le premier ministre a parlé de congé de maladie pour Sam Hamad, mais il va se rendre compte qu’en 2018, ce sont les Québécois qui vont donner à son gouvernement un long congé. Le gouvernement qu’on a en ce moment au Québec est un gouvernement usé, fatigué, résigné. J’ai confiance qu’en 2018, les Québécois vont choisir la voie de l’avenir. C’est seulement la CAQ qui peut débloquer le Québec. Seule la CAQ peut libérer le Québec du monopole du Parti libéral et de l’obsession référendaire du Parti québécois.
  • retweet
    MNAcaq
    Après 6 jours, Philippe Couillard avoue enfin que Sam Hamad a été imprudent dans ses échanges d’information avec Marc-Yvan Côté. Rappelons les faits qui secouent le gouvernement libéral depuis les derniers jours. Jeudi soir, l’Émission Enquête a rapporté des informations très préoccupantes au sujet d’échanges d’information entre le député de Louis-Hébert, Sam Hamad et Marc-Yvan Côté. Le lendemain, Sam Hamad, a reconnu avoir fait les suivis pour que le dossier avance, à la demande de Marc-Yvan Côté. Il a avoué lui-même avoir rencontré M. Côté et je le cite : « Oui je l’ai rencontré. Bien sûr. Il m’a parlé de son dossier ». Je rappelle que Marc-Yvan Côté a été banni à vie du Parti libéral du Canada pour financement politique illégal. Hier, j’ai demandé à Philippe Couillard de reconnaître que son député avait manqué de jugement. Il a refusé, prétextant qu’il fallait attendre les résultats de l’enquête du Commissaire à l’éthique. Une opinion que ne partage pas son député de Laurier-Dorion qui lui affirmait hier, que Sam Hamad aurait du être plus prudent, et qu’il aurait du garder ses distances de Marc-Yvan Côté. Je comprends que le député de Louis Hébert est un ami du Philippe Couillard. Je comprends que Sam Hamad a co-présidé sa campagne au leadership. Je comprends que le premier ministre vit des moments difficiles. Mais c’est dans les moments difficiles que l’on voit le leadership d’un dirigeant. Ce matin, Philippe Couillard a enfin admis que Sam Hamad a été imprudent. Il doit maintenant être cohérent, le démettre de ses fonctions et lui retirer son salaire de ministre.
  • retweet
    MNAcaq
    Hommage à Jean Lapierre
  • retweet
    MNAcaq
    Philippe Couillard refuse de reconnaître que Sam Hamad a manqué de jugement en communicant des informations à Marc-Yvan Côté sur une demande de subvention d’une entreprise. Samedi dernier, le premier ministre a réitéré sa confiance en le député de Louis-Hébert. Rappelons d’abord qu’en 2005, Marc-Yvan Côté a été banni à vie du Parti libéral du Canada pour financement politique illégal. Or, jeudi dernier, l’émission Enquête nous a appris que le député de Louis-Hébert, lorsqu’il était ministre, a eu des communications avec ce même Marc-Yvan Côté sur le suivi d’une demande de subvention au gouvernement de l’entreprise Premier Tech. Le lendemain, le député de Louis-Hébert a admis avoir reçu un appel de Marc-Yvan Côté et a admis avoir fait le suivi auprès de ses collègues du Conseil des ministres de l’avancement de la demande de subvention de l’entreprise Premier Tech. Le premier ministre n’a pas à attendre le rapport du Commissaire à l’éthique pour dire si son ministre a manqué de jugement ou pas. Son ministre a reconnu lui-même qu’il avait communiqué avec Marc-Yvan Côté sur le dossier Premier Tech! Le député de Louis Hébert connaissait le passé de Marc-Yvan Côté mieux que quiconque. Il n’aurait jamais dû avoir des contacts avec lui sur une demande de subvention au gouvernement. C’est dans ces moments là que l’on voit le leadership d’un dirigeant. L’intelligence n’est pas synonyme de jugement. La situation crève les yeux. Le député de Louis-Hébert a manqué de jugement en échangeant des informations avec Marc-Yvan Côté. Le premier ministre n’aurait pas dû réitérer sa confiance en son député de Louis Hébert...
  • retweet
    MNAcaq
    Dans un excellent texte ce matin, Alain Dubuc montre que le gouvernement libéral doit être beaucoup plus ambitieux pour l'économie du Québec. "Dans une relecture, à tête reposée, du plan budgétaire du ministre québécois des Finances, Carlos Leitao, je suis tombé sur un tableau qui m’a troublé, pire, franchement découragé. Ce tableau, à la 367e page du document qui en compte 580, porte sur les perspectives économiques quinquennales pour la période 2016-2020. Il nous dit, d’abord, qu’après une croissance très faible de 1,1 % en 2015, le PIB réel progresserait un peu plus vite en 2016, à 1,5 %. Ça, on le savait. Mais il nous dit aussi que, selon les prévisions du ministère des Finances, ça n’ira jamais mieux : 1,6 % en 2017, encore 1,6 % en 2018, 1,5 % en 2019, 1,4 % en 2020. Ce que ces chiffres nous disent, c’est que le Québec semble condamné à une croissance anémique, un mal chronique qui ne frappe pas nos voisins." ... il faut que le gouvernement Couillard fasse beaucoup plus que ce qu’il propose : d’abord de la transparence, ensuite plus d’intensité, un sentiment d’urgence, de la cohérence dans l’action." - Alain Dubuc http://plus.lapresse.ca/screens/fc471452-92e1-470c-b5c0-57d3bb73b133%7C_0.html
  • retweet
    MNAcaq
    Sondage Léger: Une majorité de Québécois considère que, depuis 10 ans, la situation s'est détériorée en santé, fardeau fiscal, économie, éducation et place du français. – 85 % des Québécois estiment que le temps d’attente dans les urgences n’a pas diminué. 54 % estiment même qu’il a augmenté. – 85 % des Québécois estiment que leur fardeau fiscal n’a pas diminué. 69 % estiment même qu’il a augmenté. – 88 % des Québécois estiment que la situation économique ne s’est pas améliorée. 68 % estiment même qu’elle s’est détériorée. – 74 % des Québécois estiment que la qualité des services aux élèves ne s’est pas améliorée. 61 % estiment même qu’elle s’est dégradée. – 86 % des Québécois estiment que la place du français ne s’est pas améliorée. 51 %, dont 60 % de francophones, estiment même qu’elle s’est détériorée. Ce sondage montre que la seule raison expliquant que le PLQ soit 1er dans les sondages sur les intentions de vote, est son opposition à la souveraineté du Québec. Les Québécois doivent savoir qu'ils ont une autre option. La CAQ propose un projet qui permettra au Québec d'avancer et de s'affirmer à l'intérieur du Canada. https://coalitionavenirquebec.org/wp-content/uploads/2015/11/Projet-nationaliste.pdf Le Québec a besoin d'un grand changement en 2018! https://coalitionavenirquebec.org/fr/blog/2016/04/03/caq-devoile-sondage-leger-demontrant-lexasperation-quebecois-envers-plq/
  • retweet
    MNAcaq
    Belle journée hier au Stade olympique pour le match entre les Blue Jays et les Red Sox. Belles rencontres: Steve Rogers, Warren Cromartie, John Tory, Rodger Brulotte. Plus de 50 000 spectateurs qui attendent le retour de nos Expos, nos Z'Amours!
  • retweet
    MNAcaq
    Un test de leadership pour Philippe Couillard https://coalitionavenirquebec.org/fr/blog/2016/03/31/la-caq-demande-a-philippe-couillard-de-retirer-sam-hamad-du-conseil-des-ministres/ https://coalitionavenirquebec.org/fr/blog/2016/04/01/courriels-de-marc-yvan-cote-sur-sam-hamad-les-prochaines-24-heures-sont-un-moment-de-verite-pour-philippe-couillard/

March

  • retweet
    MNAcaq
  • retweet
    MNAcaq
    Le Québec redevient de plus en plus une économie de succursales. Après les ventes de Rona, Cirque du Soleil, Astral, Alcan, Provigo et autres, on apprend aujourd'hui la vente de St-Hubert. Évidemment, on ne peut pas sauver tous nos sièges sociaux. Nos entreprises québécoises font aussi des acquisitions à l'étranger. Mais on voit une tendance assez inquiétante pour se doter d'un plan pour protéger nos sièges sociaux. Investissement Québec devrait faire un veille sur nos sièges sociaux importants et faciliter le transfert à des intérêts québécois lorsque ceux-ci sont sur le point d'être vendus. Un des acquis les plus importants de la révolution tranquille a été de permettre au Québec de passer d'une économie de succursales à une économie de propriétaires. Les gouvernements libéraux qui se sont succédés depuis 2003 ne semblent pas se soucier de protéger cet acquis majeur de la révolution tranquille. Faut-il rappeler que les emplois de qualité se trouvent dans les sièges sociaux? Le nationalisme québécois passe d'abord par le contrôle de notre économie. Nous devons devenir des leaders en Amérique du Nord et non pas être à la traine des autres. Nous avons tout pour réussir! Soyons fiers! Pas résignés. St-Hubert vendue à une entreprise ontarienne http://www.tvanouvelles.ca/2016/03/31/le-groupe-saint-hubert-est-acquis-par-cara
  • retweet
    MNAcaq
    Bernard Lamarre a été un modèle d'entrepreneur pour moi. Je suis attristé de l’annonce du décès de Bernard Lamarre, un véritable pionnier de l’entrepreneuriat québécois, un géant de l’ingénierie et un des fondateurs de ce qu’on a appelé Québec Inc. Un grand bâtisseur du Québec moderne vient de nous quitter. Bernard Lamarre a tracé la voie à suivre pour de nombreux Québécois. Ex-président de Lavalin, Bernard Lamarre était un des ingénieurs et entrepreneurs les plus marquants de sa génération. Il a participé à de nombreuses réalisations qui font aujourd’hui partie du paysage québécois, comme le projet hydroélectrique de la Baie-James et le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Son expertise en matière de travaux d’infrastructures et son sens de l’innovation ont permis au Québec de se faire connaître sur la scène internationale. Au nom de ma formation politique, je tiens à présenter mes condoléances les plus sincères à la famille et aux proches de Bernard Lamarre.
  • retweet
    MNAcaq
    Entrevue avec Paul Arcand pour rendre hommage à Nicole Beaulieu et Jean Lapierre : http://www.985fm.ca/lecteur/audio/hommages-a-jean-lapierre-gilles-duceppe-philip-313220.mp3
  • retweet
    MNAcaq
    Merci Nicole et Jean. Votre joie de vivre était contagieuse. C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès des sept passagers et membres de l’équipage qui étaient à bord de l’avion en direction des Îles-de-la-Madeleine. Au nom de ma formation politique, j’adresse mes plus sincères condoléances aux proches et aux familles de toutes les victimes de ce terrible accident aérien. Parmi les passagers décédés, on retrouve Jean Lapierre et sa conjointe, Nicole Beaulieu, deux personnes que j’estimais beaucoup, avec qui j’ai eu le plaisir de passer des soirées inoubliables et dont la perte me touche au plus haut point. En plus d’avoir réalisé une carrière exceptionnelle tant du côté médiatique que politique, Jean Lapierre était d’abord et avant tout, un père de famille et un grand-père tellement fier de ses enfants et petits-enfants. En compagnie de sa conjointe, de ses deux frères et de sa sœur, il se rendait auprès de sa mère à la suite du décès de son père. Cette tragédie est d’une tristesse infinie et les mots me manquent pour décrire le chagrin ressenti par Isabelle et moi lorsque nous avons appris la nouvelle. Jean Lapierre était un grand Québécois avec des qualités professionnelles et personnelles exceptionnelles. Sa bonne humeur et sa joie de vivre étaient littéralement contagieuses. Pour celles et ceux qui gravitaient dans le monde politique et médiatique, Jean Lapierre était bien plus qu’un redoutable commentateur: il était un confident, une oreille attentive, un compagnon de tous les jours. Tout le monde parlait à Jean Lapierre et Jean Lapierre parlait à tout le monde. Je n’arrive pas à croire qu’on n’entendra plus ses fameux “Salut, salut!” dès les petites heures du matin. La politique québécoise ne sera plus jamais la même. Cher Jean, aujourd’hui, c’est tout le Québec qui te dit merci. Tu nous manqueras à jamais et nous nous souviendrons de toi pour toujours.
  • retweet
    MNAcaq
    Un autre ex-député péquiste, Camil Bouchard, propose de mettre de côté le projet de souveraineté du Québec. Il faut rassembler les nationalistes pour freiner le déclin tranquille du Québec qui est dirigé par le parti libéral du Québec depuis 2003, sauf une parenthèse de 18 mois. http://www.journaldequebec.com/2016/03/27/camil-bouchard-inspire-par-francois-legault
  • retweet
    MNAcaq
    Joyeuses Pâques à tous!
  • retweet
    MNAcaq
    Lu: "À la défense de Maurice Duplessis" de Martin Lemay, ex-député et ex-collègue. Martin reconnait d'emblée que Maurice Duplessis n'était pas un ange, entre autres la corruption de son financement politique. Même si ça ne l'excuse pas, il n'a pas été le seul... Mais Martin rappelle que Maurice Duplessis a quand même été un grand nationaliste québécois. "Duplessis aurait pu accepter les subventions fédérales. Un tel accord aurait été politiquement beaucoup plus simple. Mais voilà, appuyé par une opinion publique farouchement autonomiste, Duplessis a refusé de jouer le jeu et a mené une lutte de tous les instants en soutenant que le Québec voulait récupérer "son butin". ... On peut bien faire les plus beaux exposés au sujet de l'autonomie provinciale, on peut bien procéder aux plus ardents discours pour défendre la distinction du Québec, on peut bien s'opposer farouchement aux décisions d'un gouvernement fédéral envahissant, il reste que sans réelles capacités financières et sans l'autonomie politique, qui en est le résultat, l'autonomie provinciale demeure un vrai slogan. ... Je ne peux tout simplement m'imaginer comment le Québec aurait pu se développer, comment il aurait pu prendre son envol, comment les gouvernements qui se sont succédé auraient pu prendre les décisions audacieuses de la révolution tranquille à aujourd'hui, sans posséder son autonomie financière. Même si elle avait été la seule décision qu'il aurait prise, nous devrions lui en être éternellement reconnaissants. Il a alors démontré de la vision et du courage. ... Duplessis a fondé ses politiques sur le respect des traditions et l'une de celles-ci, peut-être la plus importante de toutes, était le nationalisme. Son engagement politique nationaliste s'incarnait d'abord et avant tout par l'attachement et la défense des singularités canadiennes-françaises. Pour lui, la lutte des Canadiens français trouvait sa source dans l'histoire, dans les luttes menées par les ancêtres qui ont indiqué la voie." - Martin Lemay
  • retweet
    MNAcaq
    Le scandale de la vice-première ministre libérale Le 17 mars dernier, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) arrêtait l'ex-vice première ministre libéral, Nathalie Normandeau. Les accusations contre l'ex-vice-première ministre libérale sont très graves: Entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2012: - Complot - Entrepreneur qui souscrit à une caisse électorale - Corruption de fonctionnaires - Fraudes envers le gouvernement - Abus de confiance - Avoir frustré le public d'une somme dépassant 5 000 $ Durant la période 2000-2011, la circonscription de Mme Normandeau, Bonaventure, a amassé 940 292 $ pour le parti libéral du Québec. Selon les experts, le procès de Mme Normandeau n'aura pas lieu avant la prochaine élection générale québécoise, prévue le 1er octobre 2018. Le parti libéral pourra donc profiter de cet argent pour financer sa campagne électorale de 2018. Cette semaine, j'ai demandé, à plusieurs reprises, au chef du parti libéral, Philippe Couillard, d'étendre de 7 ans à 20 ans le délai de prescription du Directeur général des élections (DGEQ) pour obliger les partis à rembourser les sommes collectées illégalement. Il a refusé. J'ai aussi demandé, à plusieurs reprises, au chef du parti libéral, Philippe Couillard, que le parti libéral du Québec mette 1 million $ en fiducie dès maintenant, comme l'avait fait le parti libéral du Canada lors du scandale des commandites. Il a refusé. Pour paraphraser Shakespeare, il y a quelque chose de pourri au royaume du parti libéral du Québec...
  • retweet
    MNAcaq
    J'ai participé la fin de semaine dernière à La soirée est (encore) jeune. Pour visionner mon entrevue, c'est à la vingt-neuvième minute : http://ici.tou.tv/la-soiree-est-encore-jeune/S01E23
  • retweet
    MNAcaq
    Vendredi saint, par Ygreck
  • retweet
    MNAcaq
    Le chef du parti libéral, Philippe Couillard, veut prendre ses distances de l’époque de Jean Charest, mais il veut garder, dans ses coffres, l’argent collecté à cette époque! Hier, j’ai cité Shakespeare lorsque j’ai dit qu’il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark. De toute évidence, Philippe Couillard n’apprécie pas Shakespeare. ;-) Philippe Couillard ne semble pas prendre conscience de la gravité des arrestations de l’UPAC la semaine dernière contre des poids lourds du Parti libéral. Aucune excuse, aucun remords. Il refuse de mettre quelque somme que ce soit en fiducie, comme l’avait fait le Parti libéral du Canada lors du scandale des commandites, Le Parti libéral pourra donc financer la campagne électorale de 2018 avec cet argent. Et pire, Philippe Couillard nous dit que même si le Parti libéral était reconnu coupable, il ne remboursera les sommes collectées illégalement que pour les 7 dernières années. Philippe Couillard essaie depuis une semaine de prendre ses distances de l’époque Jean Charest, mais il veut garder tout l’argent collecté à cette époque! Pourquoi Philippe Couillard refuse-t-il d’étendre le délai de prescription à 20 ans, comme dans le cas des firmes de génie de construction? Pourquoi une règle pour le Parti libéral et une autre pour tous les autres? Pourquoi c’est toujours deux poids, deux mesures pour le Parti libéral?
  • retweet
    MNAcaq
    Scandale de l’argent sale libéral : Nathalie Normandeau a amassé 1 million $ pour le Parti libéral. Je tiens à revenir aujourd’hui sur un véritable choc qui a secoué la politique jeudi dernier : l’arrestation par l’UPAC de 7 individus liés au Parti libéral et au PQ, incluant l’ex-vice-première ministre du gouvernement libéral, Nathalie Normandeau. Les accusations retenues sont très graves : complot, corruption, fraude, trafic d’influence pour la période de 2000 à 2012. Les arrestations de jeudi dernier confirment le lourd héritage du Parti libéral. Philippe Couillard doit prendre ses responsabilités comme chef du Parti libéral. Philippe Couillard ne peut plus se laver les mains du scandale de l’argent sale. Un document de la Commission Charbonneau démontre que Nathalie Normandeau a, à elle seule, amassé, de 2000 à 2011, près d’un 1 million de dollars! 1 million $! Et pratiquement 750 000 $ vient de l’extérieur de son comté de Bonaventure. Le Parti libéral doit rembourser ou mettre en fiducie dès maintenant le 1 million de dollars amassé par Nathalie Normandeau entre 2000 et 2011. C’est la période qui couvre les actes d’accusation de l’UPAC. C’est la moindre des choses qu’on peut exiger du chef du Parti libéral. Les citoyens n’accepteront pas que l’argent collecté illégalement par le Parti libéral entre 2000 et 2011 ne soit pas remboursé. Les citoyens n’accepteront pas de laisser le Parti libéral utiliser cet argent sale lors de la prochaine élection. Ce serait indigne! Immoral! Les procès peuvent prendre 4 ans. Le parti libéral pourrait donc financer l’élection de 2018 avec de l’argent sale! Le premier ministre nous a dit hier qu’il rembourserait les sommes que le DGEQ lui demandera de rembourser. Or la loi prévoit que le DGEQ ne peut revenir plus de 5 ans en arrière. Le DGEQ ne peut donc pas réclamer l’argent collecté illégalement avant 2011! Pourtant le gouvernement a fixé à 20 ans le délai pour les entrepreneurs en construction qui ont fait de la corruption. Il ne peut y avoir deux justices, deux poids, deux mesures. Une règle pour les entrepreneurs et une règle moins sévère pour le Parti libéral c’est inacceptable. Le premier ministre ne peut dire que ce n’est pas le même parti libéral depuis son arrivée. Le nom du parti est le même, les ministres sont les mêmes, l’argent dans les coffres est la même. C’est bel et bien le même Parti libéral que dirige Philippe Couillard. Philippe Couillard, ne peut plus se laver les mains du scandale de l’argent sale du Parti libéral. Philippe Couillard doit prendre ses responsabilités. Les accusations sont connues, les arrestations ont eu lieu, le Parti libéral doit maintenant rembourser les Québécois.
  • retweet
    MNAcaq
    Scandale de l’argent sale libéral : Le gouvernement libéral refuse de rembourser le million $ amassé par Nathalie Normandeau Jeudi dernier, 7 individus se sont fait arrêter par l’UPAC pour complot, corruption, fraude et trafic d’influence pour la période de 2000 à 2012. Parmi ces arrestations, il y avait Nathalie Normandeau, ancienne vice-première ministre libérale. Selon les documents déposés à la Commission Charbonneau, Mme Normandeau a, à elle seule, amassé, de 2000 à 2011, près d’un 1 million de dollars! Et le trois quart, environ 750 000 $, vient de l’extérieur de son comté de Bonaventure. Ça en dit beaucoup! Le premier ministre nous dit qu’il ne remboursera que les sommes que le DGEQ lui demandera de rembourser. Or le DGEQ ne peut revenir plus de 5 ans en arrière. Donc, il n’aurait pas à rembourser le million $ collecté par Nathalie Normandeau. Pourtant le gouvernement a fixé à 20 ans le délai pour les entrepreneurs en construction qui ont participé à la corruption. Il ne peut y avoir deux justices, deux poids, deux mesures. Une règle pour les entrepreneurs et une règle moins sévère pour le Parti libéral, c’est inacceptable. Philippe Couillard ne peut pas se laver les mains des actions de son parti. Les citoyens n’accepteront pas que l’argent collecté illégalement par le Parti libéral entre 2000 et 2011 ne soit pas remboursé. Les citoyens n’accepteront de pas laisser le Parti libéral utiliser cet argent lors de la prochaine élection, dans 2 ans en 2018. Ce serait indigne! Immoral! Le chef du parti libéral doit être responsable des erreurs de son parti en remboursant les sommes. Il ne peut se laver les mains de l’héritage libéral. Le premier ministre est chef du Parti libéral. Il doit prendre ses responsabilités plutôt que de trouver des excuses. Le Parti libéral est responsable du scandale. Le premier ministre doit rembourser l’argent sale que le Parti libéral a collecté entre 2000 et 2011 dans Bonaventure.
  • retweet
    MNAcaq
    Le chef du parti libéral du Québec, Philippe Couillard, refuse de rembourser les sommes amassées illégalement par le PLQ de 2000 à 2012. Lors de la dernière campagne électorale, j’avais dit aux Québécois que s’ils votaient Libéral, ils risquaient de se réveiller, au lendemain des élections, avec une gueule de bois. C’est arrivé jeudi dernier! L’ancienne vice-première ministre du gouvernement libéral a été arrêtée par l’UPAC. Les accusations retenues sont très graves : complot, corruption, fraude et trafic d’influence pour la période de 2000 à 2012. Ce qu’on comprend, c’est que la vice-première ministre libérale a donné des contrats du gouvernement en échange de dons au Parti libéral. Des dons qui sont, encore aujourd’hui, dans les coffres du Parti libéral ou dans les actifs du Parti libéral, par exemple dans un immeuble où siège la permanence du parti qui pourrait être hypothéquée pour financer la prochaine campagne électorale. Il y a quelques mois, le chef du Parti libéral a dit qu’il était prêt à rembourser les sommes collectées illégalement, mais seulement lorsqu’il recevrait une facture du Directeur Général des élections et seulement pour les 7 dernières années. Il ne veut donc pas rembourser l’argent collecté illégalement entre 2000 et 2009! 13 ministres de son cabinet siégeaient sous Jean Charest comme député ou comme ministre. Le premier ministre lui-même siégeait sur le comité des priorités avec Nathalie Normandeau. C’est le même parti. Ce sont les mêmes ministres. Et c’est le même argent. Questionné à plusieurs reprises, le premier ministre a refusé de rembourser les sommes ramassées de 2000 à 2012 dans le scandale de l’argent sale du Parti libéral.
  • retweet
    MNAcaq
    Nous sommes en guerre actuellement et personne n'est épargné. Il y a un combat contre le terrorisme islamiste; je pense qu'il faut nommer le mal... Aujourd’hui, encore une fois, le Québec doit se lever et offrir tout le soutien possible à l’effort international de lutte contre cette menace globale. Nous ne devons reculer devant aucun moyen pour combattre ce fléau. Le règne de la peur et de la terreur doit cesser. Plus que jamais, la communauté internationale doit se rassembler et travailler main dans la main pour aider à prévenir ces actes de barbarie insensés. Pour lire ma déclaration complète : http://caq.la/1ZnQUut
  • retweet
    MNAcaq
  • retweet
    MNAcaq
    Le Québec se réveille mardi matin avec des images d’une violence sans nom en provenance de Bruxelles. Mes premières pensées vont avant tout au peuple belge, alors que ces attentats sanglants et odieux ont causé la mort de nombreuses personnes. Au nom de ma formation politique, je tiens à présenter aux familles de toutes les victimes de ces attentats mes condoléances les plus sincères. La Belgique peut compter sur l’appui indéfectible du Québec. Malheureusement, le chaos qui règne présentement à Bruxelles ne nous est pas inconnu. Trop souvent, ces dernières années, des peuples ont été injustement frappés de plein fouet par le terrorisme islamiste. Aujourd’hui, encore une fois, le Québec doit se lever et offrir tout le soutien possible à l’effort international de lutte contre cette menace globale. Nous ne devons reculer devant aucun moyen pour combattre ce fléau. Le règne de la peur et de la terreur doit cesser. Plus que jamais, la communauté internationale doit se rassembler et travailler main dans la main pour aider à prévenir ces actes de barbarie insensés.
  • retweet
    MNAcaq
    Très bon texte de Denise Bombardier sur Philippe Couillard qui rejette le nationalisme québécois. "Ses prédécesseurs libéraux ont toujours assumé le nationalisme, point d’ancrage de l’identité québécoise. Le premier ministre actuel rompt de façon surprenante avec cette sensibilité. Nombreux sont les francophones ayant voté pour le PLQ qui ont été désagréablement surpris des positions de plus en plus précises de Philippe Couillard sur les questions de langue et d’identité. Qui eût cru qu’en votant pour le PLQ l’on cautionnerait totalement la philosophie multiculturaliste des libéraux fédéraux? L’arrivée au pouvoir de Justin Trudeau, le plus débridé des multiculturalistes, permet à Philippe Couillard de dévoiler sa propre conception d’une société ouverte et tolérante. C’est un Québec qui enterre son passé de replis et de fermeture aux autres et qui ouvre ses portes à la main-d’œuvre immigrante dont l’intégration à la culture majoritaire est obligatoirement secondaire. Monsieur Couilard aime à qualifier d’intolérants ses adversaires sur ces questions. Ce mot d’«intolérance», comme celui d’«inquisition» et d«islamophobe» appartiennent à son vocabulaire spontané, sans doute un tic de langage qu’il a rapporté de son long séjour en Arabie saoudite où le mot «intolérance» est un euphémisme. L’Arabie saoudite qui a été pour lui, à n’en point douter si on observe sa politique, une expérience de dé-sensibilisation identitaire. Il est un des rares fédéralistes québécois à exprimer un tel rejet du nationalisme inspirateur de notre modernité, donc de la construction d’une vraie bourgeoisie économique. Le nationalisme pour Philippe Couillard ressemble à celui de Trudeau père. Il nourrirait le fascisme et désormais l’islamophobie que le premier ministre débusque dans les interstices de notre culture collective." - Denise Bombardier http://www.journaldemontreal.com/2016/03/21/la-vraie-nature-de-philippe-c
  • retweet
    MNAcaq
    Arrestations de l’UPAC : Philippe Couillard doit rembourser rubis sur l’ongle À la suite des arrestations menées jeudi matin par l’Unité permanente anti-corruption (UPAC), le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard doit s'engager à rembourser l’argent souillé qui a été amassé illégalement dans le cadre de ce scandale. Lors des dernières élections, nous avions averti les Québécois qu’une victoire du Parti libéral risquait d’entraîner un dur lendemain de veille. Jeudi matin, c’est tout le Québec qui s’est réveillé avec une gueule de bois. Les arrestations effectuées par l’UPAC jeudi matin sont préoccupantes, les accusations criminelles portées sont très sérieuses et les conséquences sont graves. Nathalie Normandeau n’était pas une ministre libérale parmi d’autres, mais bien vice-première ministre et elle siégeait sur le comité des priorités du gouvernement libéral précédent. Or, le conseil des ministres actuel du gouvernement de Philippe Couillard comprend 13 personnes qui ont siégé avec Mme Normandeau. C’est à Philippe Couillard, chef libéral, de faire la démonstration auprès de la population que son parti n’a plus rien à se reprocher, mais il ne peut pas se dissocier de la période au cours de laquelle les faits reprochés se seraient produits. Il était un ministre libéral entre 2003 et 2008 et l’argent qui a été amassé illégalement par son parti entre 2000 et 2012 est toujours dans les coffres du Parti libéral! S’il est de bonne foi, il le remboursera. Je vous rappelle qu’après le scandale des commandites, le Parti libéral du Canada avait placé de côté des sommes en fiducie et avait par la suite remboursé rubis sur l’ongle pour ne pas faire campagne avec de l’argent souillé.
  • retweet
    MNAcaq
    Budget: Après avoir soutiré 750 $ dans le portefeuille de chaque Québécois depuis 2 ans, le gouvernement libéral redonne une petite carte-cadeau de 25 $! Je suis profondément déçu de la faiblesse de la diminution du fardeau fiscal des Québécois présentée dans le Budget. C’est tout simplement un budget trompe-l’œil. Depuis 2 ans, Le gouvernement libéral se contente de réduire la taxe santé de 25 $ en 2016. Ce n’est pas cette année que les Québécois pourront mieux respirer financièrement et calmer leurs angoisses vis-à-vis la hausse du coût de la vie. En éducation, le gouvernement libéral annonce une hausse de budget de 3%. Si on exclut la hausse des salaires et l'inflation, le véritable réinvestissement s'élève à seulement 1%. Ce n'est pas comme ça qu'on va changer la situation en éducation. On a stabilisé le patient mais il est toujours sur le respirateur artificiel! Du côté de l’économie, le Budget est un échec annoncé. Le gouvernement libéral prévoit lui-même une faible croissance économique de 1,5% en 2016 (comparativement à 2,2% en Ontario) et de seulement 1,6% en 2017 (comparativement à 2,4% en Ontario). Le ministre des finances ne prévoit la création que de 29800 emplois en 2016 et 29200 en 2017, alors que le parti libéral avait promis 50000 emplois par année en campagne électorale. Le pire échec est la prévision de croissance de 0% des investissements des entreprises en 2016! La faiblesse persistante de l’économie du Québec annonce des jours difficiles pour les contribuables québécois et pour le financement de nos programmes sociaux. Le gouvernement libéral manque d'ambition. Il est résigné à une faible croissance économique, résigné à un sous-financement du réseau de l'éducation et résigné à ce que les Québécois demeurent les plus taxés en Amérique du Nord! Le parti libéral, qui est au pouvoir depuis 2003, ne peut plus prétendre être le parti de l'économie!
  • retweet
    MNAcaq
    Quand le gouvernement libéral va-t-il remettre aux Québécois les 750 $ qu’il a pris dans leurs poches depuis 2 ans ? Demain, le ministre des Finances va présenter son budget de mi-mandat. On voudrait tous qu’il contienne enfin un plan de création d’emplois et des investissements en éducation. C’est la meilleure façon de préparer l’avenir. Mais à court terme, on a un urgent besoin d’une baisse d’impôts significative: 1. Pour soulager la classe moyenne qui est étouffée. 2. Pour relancer l’économie. Depuis les 2 dernières années, les familles ont vu leur fardeau fiscal augmenter de 1 500 $, soit en moyenne 750 $ par personne. Tarifs de garde, d’électricité, taxes scolaires, municipales, sur l’essence, et j’en passe. Ce qui a coulé du budget pour l’instant, c’est que les Québécois se verraient accorder une baisse de la taxe santé de 100 $ cette année! 100 $! C’est pas sérieux! Les Québécois voient le coût de la vie qui augmente plus vite que leur salaire. Ils n’arrivent plus. Plusieurs se sentent angoissés. C’est ça que les Québécois nous disent sur le terrain. Et je les comprends! Le premier ministre doit aller voir les Québécois sur le terrain. Être à l’écoute. Les Québécois sont inquiets. Le premier ministre est complètement déconnecté de la réalité du quotidien des Québécois. Il sous-estime les problèmes financiers des Québécois. On n’arrivera pas à relancer l’économie du Québec sans donner de l’oxygène à la classe moyenne. Quand le premier ministre va-t-il remettre aux Québécois les 750 $ qu’il a pris dans leurs poches ?

  • « Previous 1 2 3 4 5 ... 26 Next »

MNA
Francois Legault

Date Range

  • order:
  • date range: -
Support Politwitter.ca
disable ads
Newsletter
user online (123) viewing this page (1)
view mobile version
FEEDBACK & SUGGESTIONS
Processing time: 0.1404 seconds